Skip Navigation LinksPereNoelsilteplaitIdentite

Père Noël, s'il te plait...

de Céline Codogno.

Pièce pour le jeune public à partir 3 ans.

Texte soumis aux droits d'auteur

Création : décembre 2007

(Distribution : Anne Jeanvoine, Céline Codogno et Charles lépine.)

Reprise : décembre 2011

(Distribution : Amandine Plessis, Céline Codogno et Pierre Trouvé.)

3 à 9 Comédiens.

45 Minutes environ.

Thème : Noël.

9 Personnages :

- Héléna, la petite sœur.

- Marcelino, le grand frère.

- Madame Chatnoir, la voisine.

- Leïla, la marionnette à fils.

- Zig, le chat en peluche.

- Gwendoline, la grenouille en Peluche.

- Ernest, le fantôme des mauvaises pensées.

- Maléfique, la sorcière.

- Isis, l'elfe qui pleure des cailloux magiques.

Si la pièce doit être jouée par des enfants (à partir de 8 ans), certains rôles (Hélèna et Marcelino) peuvent être répartis entre plusieurs participants.

L'HISTOIRE

Marcelino a une petite soeur... Héléna... assez chipie, il faut bien l’avouer!... Comme il est le plus grand, on lui confie toutes sortes de responsabilités... C’est embêtant les responsabilités... et puis les petites soeurs aussi sont embêtantes...
Il arrive même de temps en temps, que ce “pas toujours très gentil garçon” pense qu’il serait bien tranquille sans “l’Enquiquineuse”!!!
Un jour, Marcelino accepte, bon gré mal gré, grâce à la voisine Madame Chatnoir, de jouer à “La Belle au Bois Dormant” avec Héléna... On pourrait croire que tout va enfin devenir calme à la maison... Mais non... c’est justement là que les vrais ennuis vont commencer... Une sorcière surgit pour de bon... Héléna se pique le doigt à une quenouille, comme la princesse Aurore et s’endort pour de vrai.... Marcelino ne parvient pas à la réveiller... C’est la grande panique.......

Et c’est bientôt Noël aussi... Ses parents vont être furieux... Tout va encore lui retomber dessus... Tout le monde lui a dit que s’il n’était pas gentil avec Héléna, le Père Noël ne viendrait pas... Oui, mais là, il n’a rien fait... Mais personne ne va vouloir le croire évidemment...

Ho, bien sûr, chaque problème a sa solution, comme on dit........

Pour sortir de ce pétrin, Marcelino va finalement braver Maléfique, la plus méchante des sorcières... Accepter d’entrer dans le monde féerique de sa petite soeur, devenir ami avec Leïla la marionnette à fils, les peluches Zig le chat et Gwendoline la grenouille... Envoyer sur les roses Ernest le fantôme des mauvaises pensées et partir, avec l’aide du public, à la recherche d’Isis l’Elfe qui pleure des cailloux magiques ...


Au fait, il joue quel rôle, dans toute cette drôle d’histoire, le Père Noël ?...

L'AUTEUR

L’auteur est une femme. Elle a écrit une quinzaine de pièces pour le jeune public dont trois sont publiées aux éditions “le Griffon Bleu”.
D’écoles en écoles, de villages en petites villes, de salles polyvalentes en théâtres, ces pièces ont été vues par environ 69 000 enfants en 10 ans...
Voilà pour le CV... Le reste de sa vie est semblable à n’importe quelle autre vie... Donc certainement complètement différente...

Pourquoi le jeune public ?
Le jeune public est une fontaine de jouvence...
Le jeune public ne pardonne pas... Il aime ou il n’aime pas...
Il n’a pas encore appris à faire semblant...
Il est sincère...
Il est juste... ou pas...
Il oblige l’auteur, l’acteur, le metteur en scène à être vigilant, se remettre en question, à se renouveler sans cesse...

Ecrire pour les enfants ne signifie pas se mettre à la place d’un enfant, ni être resté un grand enfant, ni même et surtout pas donner des leçons de vie aux enfants...
C’est essentiellement ne pas oublier qu’on a été un enfant... Ne surtout pas oublier que l’enfance appartient aux enfants...

Pourquoi Noël ?
Le conte en général permet de laisser au public, grand ou petit, sa part d’imagination et d’interprétation...
Le conte de Noël est une source inépuisable... Le mot “Noël”à lui tout seul ouvre la porte à toutes sortes de rêves...
On se demande souvent qui, de l’enfant ou de l’adulte croit le plus au Père Noël...
Que peut-on demander au Père Noël ?...
Peut-on cacher sous des papiers colorés les plus jolis cadeaux ?...
Quels sont-ils ces plus jolis cadeaux ?...
Ceux qu’on achète dans les magasins ?...
Ceux qu’on avait inscrits sur “la liste” ?...
Les surprises ?...
Nos souhaits les plus secrets ?...

Quel but ?
Premièrement, s’amuser, rire, passer ensemble un moment très agréable...
Et puis aussi, soulever des questions... des réflexions sans nécessairement apporter de réponse... Ce n’est pas le rôle de l’auteur... Bien sur, il donne un avis... mais ça reste un avis... le sien... Le metteur en scène apportera sa propre vision du propos... Puis les comédiens ajouteront leur interprétation des choses...
Enfin les spectateurs accuseront réception du tout avec une sensibilité propre à chacun d’entre eux...

LA PIECE

(La pièce se passe dans un lieu où des enfants se sont aménagés un univers bien à eux. Il y a le côté du garçon et celui de la fille. Ça peut être un grenier, par exemple. C'est un peu décoré pour Noël, surtout du côté de la fille.)

SCENE I

(Marcelino, Héléna)

MARCELINO : Héléna, viens ici et rends moi mon jeu !

HELENA : Dans tes rêves ! Maman a dit : "Pas plus d'une heure par jour".

MARCELINO : Mais elle n'est pas là maman et ce n'est pas toi qui commande.

HELENA : Ho! Le vilain garçon qui veut désobéir à sa maman, en cachette...

MARCELINO : Donne moi ça, ce n'est pas toi qui commande !

HELENA : Donne moi ça, ce n'est pas toi qui commande !

MARCELINO : Héléna ! Je te jure que tu vas le regretter !

HELENA : Héléna ! Je te jure que tu vas le regretter !(Il attrape sa petite sœur et lui arrache la console des mains.)

MARCELINO : Et maintenant, tu disparais !

HELENA : Non !

MARCELINO : Tu disparais !

HELENA : Non !(Il la met dehors de force.)

MARCELINO : Ha mais quelle plaie cette frangine !(Elle revient.)

HELENA : Maman a dit que tu devais t'occuper de moi.

MARCELINO : Laisse-moi tranquille !

HELENA : Je vais le dire à maman !

MARCELINO : C'est ça !

HELENA : Et puis je vais lui dire que tu m'as tapée !

MARCELINO : Et moi je dirai que tu n'es qu'une sale menteuse !

HELENA : Je m'en fiche parce qu'elle ne te croira pas !

MARCELINO : On verra bien, va-t-en !

HELENA : Je vais crier de toutes mes forces et les voisins vont venir, et je leur dirai que tu m'as donné un coup de poing, et ils appelleront la police, et ils te mettront en prison, et moi je serai bien tranquille sans toi.

MARCELINO : Je te déteste !

HELENA : Et le Père Noël ne viendra pas pour toi... et tu n'auras aucun cadeau...

MARCELINO : Parce que tu crois qu'il va se déranger pour une petite peste comme toi, le Père Noël?(Héléna se met à crier comme une folle.)

HELENA : Haaa! Au secours! Mon frère veut me tuer! Au secours! Haaa!(Il attrape sa sœur et l'empêche de crier.)

MARCELINO : Mais tu es complètement folle, ma pauvre !(Elle se dégage et recommence.)

HELENA : Haaa! Il dit que je suis folle ! Au secours ! Il veut me tuer ! Haaa!(Il l'attrape à nouveau.)

MARCELINO : Tu vas arrêter maintenant parce que sinon je vais vraiment t'assommer !!!(Elle se sauve encore une fois.)

HELENA : Haaa! Madame Chatnoir ! Madame Chatnoir! Au secours ! Venez vite, mon frère est devenu fou et il veut me faire du mal !(Il l'attrape encore une fois.)

MARCELINO : Ça ne va pas dans ta tête ! Tu sais très bien que maman n'aime pas qu'on dérange les voisins !(Elle se sauve encore.)

HELENA : Oui mais là, je suis vraiment en danger et maman dira que j'ai raison !

MARCELINO : Arrête Héléna, s'il te plait !

HELENA : Tu as les chocottes hein !?!

MARCELINO : Arrête Héléna, je vais me fâcher !

HELENA : Haaa! Madame Chatnoir! Madame Chatnoir! Au secours ! Venez vite, mon frère veut...(Cette fois Marcelino ne lui a pas laissé le temps de finir sa phrase.)

MARCELINO : Ça suffit maintenant ! Je suis le plus grand alors quand les parents ne sont pas là, c'est moi le chef, que ça te plaise ou non ! (Elle se débat, essaie de parler mais il la tient très solidement.)

MARCELINO : C'est moi le plus fort et je te garanti que tu ne t'échapperas plus!(Juste à ce moment là, Madame Chatnoir arrive.)

SCENE II

(Marcelino, Héléna, Madame Chatnoir)

MADAME CHATNOIR : Marcelino ! Arrête tout de suite !

MARCELINO : Mais Madame Chatnoir...

MADAME CHATNOIR : Lâche Héléna immédiatement !

MARCELINO : Mais madame...

MADAME CHATNOIR : Tu veux que je t'aide ?(Marcelino, très contrarié, lâche Héléna qui se réfugie aussitôt dans les bras de madame Chatnoir. Elle pleure des larmes de crocodile mais la voisine se laisse bluffer.)

HELENA : Il est très méchant, vous savez...

MARCELINO : Quelle sale peste cette gamine !

MADAME CHATNOIR : Ne parle pas comme ça de ta sœur Marcelino.

HELENA : Il me déteste !!!

MADAME CHATNOIR : Mon poussin, dis-moi ce qui c'est passé.

HELENA : Il ne veut pas que je joue et après je m'ennuie alors je joue quand même et lui, il se fâche et il veut me taper. Il dit qu'il serait bien tranquille sans petite sœur !

MARCELINO : Je n'ai jamais dit ça !

HELENA : Non, mais tu l'as pensé tellement fort que je l'ai entendu dans ta tête.

MARCELINO : Débile !

HELENA : Camembert pourri !

MADAME CHATNOIR : Héléna, calme toi, s'il te plait et dis-moi si ton frère t'as fait du mal.

HELENA : Il me fait toujours du mal.

MARCELINO : Mais ce n'est pas vrai ! Espèce de sale menteuse !

HELENA : Il a essayé de me jeter par la fenêtre même.

MARCELINO : Quoi ? Mais elle raconte vraiment n'importe quoi !

HELENA : Vous voyez, il essaye de vous faire croire que je suis une folle.

MARCELINO : Mais pas du tout, je... Ho, et puis croyez ce que vous voulez après tout...(Marcelino s'en va dans un coin, reprend son jeu et ne s'occupe plus des deux autres.)

MADAME CHATNOIR : Tu ne crois pas que tu as un peu exagéré, Héléna ?

HELENA : Pas du tout !

MADAME CHATNOIR : Même pas un tout petit peu ?

HELENA : Un tout petit peu alors...

MADAME CHATNOIR : Tu ne crois pas que tu as un peu énervé ton frère, exprès ?

HELENA : Ben, il ne voulait pas jouer avec moi...

MADAME CHATNOIR : Je reconnais que ça n'est pas très gentil de sa part !

HELENA : Il ne veut jamais jouer avec moi, il me dit toujours de jouer toute seule et moi, je n'aime pas ça, jouer toute seule.

MADAME CHATNOIR : D'accord. Marcelino !

MARCELINO : Quoi encore !

MADAME CHATNOIR : Viens ici une minute, je voudrai vous dire quelque chose à tous les deux.

MARCELINO : C'est elle qui a commencé et je ne m'excuserai pas !

MADAME CHATNOIR : Il ne s'agit pas de ça. Ecoutez-moi. Je vous propose un marché. Marcelino, tu accepteras de jouer avec ta sœur deux heures tous les jours. Et toi, Héléna, tu vas promettre de ne plus rendre la vie impossible à ton frère.

MARCELINO : Mais…D'accord !

HELENA : Promis !

MADAME CHATNOIR : Je peux compter sur vous ?

MARCELINO et HELENA : Oui, Madame Chatnoir.

MADAME CHATNOIR : Alors à plus tard, les enfants.

MARCELINO et HELENA : A plus tard, Madame Chatnoir.(Elle sort)

SCENE III

(Marcelino, Héléna)

HELENA : Je veux jouer à la belle au bois Dormant !

MARCELINO : Ho non !

HELENA : Je serai la belle princesse et toi tu seras le prince qui vient délivrer la princesse du sortilège de la méchante fée et tout ça.

MARCELINO : Il n'en est pas question !

HELENA : Tu as promis à Madame Chatnoir !

MARCELINO : Je n'ai pas promis de jouer à n'importe quoi !

HELENA : Oui mais tu as promis de jouer avec moi et moi je veux jouer à ça ! Je vais chercher des costumes.

MARCELINO : Des costumes ?

HELENA : Oui, les costumes de théâtre de papa quand il était jeune. Maman les range dans son armoire parce qu'elle y tient beaucoup.

MARCELINO : Aux costumes ?

HELENA : Non, à papa... Enfin moi, c'est ce que j'ai compris.(Elle sort)

SCENE IV

(Marcelino)

MARCELINO : Et en plus elle veut que je me déguise ! Mais qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça ? Pourquoi je suis obligé d'avoir une petite sœur ?...

C'est horrible de vivre avec une petite sœur... Vous en avez-vous, des petites sœurs ? Et ça vous plait ? Et bien moi, je n'aime pas ça du tout !...

Et puis, j'avais rien demandé, moi !... J'étais très bien tout seul, moi !...

En plus, sous prétexte que je suis grand, mes parents me la refile tout le temps à garder... Mon père, lui, il se sauve en douce sans rien dire, super tôt et c'est maman qui se débrouille pour m'embobiner. (Il imite sa mère.)

"Tu comprends, mon chéri, je dois aller travailler. Tu es grand maintenant et je suis sûre que tu sauras très bien t'occuper de ta sœur."

Elle m'embrasse et hop elle s'en va. Et moi, toute la journée je suis de corvée de petite sœur !... J'en ai marre! J'en ai marre! J'en ai marre ! (Il prend du temps pour se calmer un peu.)

Eh! Mais peut-être que je pourrai la donner... Ou la vendre... Je suis sûr qu'il y a plein de filles qui seraient hyper contentes d'avoir une petite sœur... C'est trop bizarre, les filles ! (Celle là je l'ai remise pour faire plaisir à Pierre…) (Il se place en avant scène comme si le public était imaginaire.) On aurait dit que je suis sur le marché. Ça, c'est ma sœur et là il y a les gens !

Bonjour mes amis !... Est-ce que quelqu'un veut acheter ma petite sœur ?... Je n'en veux plus... parce qu'elle est insupportable...Non, je plaisante... c'est parce que je sais qu'il y a des filles qui sont très malheureuses sans petite sœur alors je me suis dit que peut-être... Quelqu'un veut une petite sœur ? Oui? Non?... Regardez comme elle est jolie et puis elle ne mord presque pas... J'ai une idée, je vais la vendre aux enchères ! Aux enchères, ça veut dire que celui ou celle qui me donnera le plus de sous, emportera ma petite sœur. On commence ?... (A ce moment là Héléna revient. Elle a une jolie robe de princesse et ramène un costume de prince pour son frère. Elle est trop et mal maquillée. Elle le surprend en train de parler au public)

SCENE V

(Marcelino, Héléna)

HELENA : Qu'est-ce que tu fais ?

MARCELINO : Heu... rien, rien ! J'étais juste en train de t'attendre...(Héléna lui donne un costume.)

HELENA : Tiens, tu mets ça et après on commence. Tu connais l'histoire au moins !

MARCELINO : Quelle histoire ?

HELENA : L'histoire de "La Belle au Bois Dormant" !

MARCELINO : Ben oui, c'est l'histoire d'une princesse qui se pique avec une aiguille et qui dort pendant cent ans et...

HELENA : Et un beau prince vient la réveiller avec un vrai baiser d'amour, sur la bouche, et tout, et tout...

MARCELINO : Et tu veux que je fasse le prince ?

HELENA : Tu préfère être la princesse ?

MARCELINO : Non, mais je ne peux pas te faire un vrai baiser d'amour !

HELENA : Pourquoi ?

MARCELINO : Tu es ma sœur et ça serait dégoutant !

HELENA : Mais tu me feras un vrai bisou de frère sur la joue ou sur le front ! C'est pour jouer, hein ! Je ne vais pas dormir en vrai non plus ! C'est vraiment trop bête les garçons...

MARCELINO : Oui, et bien, avec toi, on est jamais sûr de rien alors...

HELENA : Alors ça y est, tu es prêt?

MARCELINO : Oui.

HELENA : Alors je suis la princesse Aurore et c'est le jour de mes seize ans. Mon père a organisé un grand bal en mon honneur et le plus beau prince du monde a décidé de ne danser qu'avec moi.(Elle attend visiblement quelque chose mais Marcelino ne bouge pas)

HELENA : Alors !

MARCELINO : Alors quoi ?

HELENA : Et bien, invite moi à danser !

MARCELINO : Mais il n'y a pas de musique...

HELENA : Tu n'as vraiment aucune imagination.(Elle va mettre un rock 'n roll endiablé.)

MARCELINO : C'est ça ta musique de bal de princesse?

HELENA : Je n'ai pas autre chose ! Allez, invite-moi !(Il met un genou en terre. Il commence à se prendre au jeu.)

MARCELINO : Me ferez-vous l'honneur de m'accorder cette danse, majestueuse princesse ?

HELENA : Avec le plus gigantesque des plaisirs, mon trop beau prince !(Et ils dansent comme des fous et pas très bien.)

SCENE VI

(Marcelino, Héléna, Maléfique)

(La danse est arrêtée par l'arrivée tonitruante de Maléfique, la méchante fée. La lumière devient bleue.)

MALEFIQUE : Alors, princesse, on a encore oublié de m'inviter ?

MARCELINO : C'est qui celle là ?

HELENA : C'est Maléfique, la plus méchante de toutes les méchantes fées. Viens vite, il ne faut pas rester là !(Ils essaient de fuir mais Maléfique leur jette un sort et ils se mettent à courir sur place sans pouvoir partir.)

MALEFIQUE : Personne ne sortira d'ici sans avoir écouté Maléfique !

MARCELINO : Tu as demandé à Madame Chatnoir de jouer les sorcières ?

HELENA : Mais non, c'est une vraie méchante fée.

MARCELINO : Elle est aussi moche que madame Chatnoir !

MALEFIQUE : On se tait !

HELENA : Pardon madame Maléfique mais c'est mon père qui a invité les gens et...

MALEFIQUE : Et mon nom ne figurait pas sur la liste, je sais !

HELENA : Je voudrais juste vous dire...

MALEFIQUE : Rien du tout ! Tu ne diras rien du tout ! Je suis très vexée et je suis venue ici pour me venger de toi et de tous tes amis, espèce de vilaine petite princesse ! Viens ici, j'ai un cadeau pour ton anniversaire !

HELENA : Vous pouvez vous le garder votre cadeau.

MARCELINO : Ho, elle va être folle de rage !

MALEFIQUE : Je t'interdis de refuser mon cadeau, sale petite peste !

MARCELINO : Ça y est, elle est folle de rage !

MALEFIQUE : Prends ça, c'est un ordre !(La méchante fée lui tend un objet pointu pour qu'elle se pique avec.)

HELENA : Mon beau prince, je t'en supplie, sauve moi !(Marcelino essaie de venir en aide à Héléna mais la méchante fée l'attaque et une course poursuite en musique entre les deux s'engage jusqu'à ce que Marcelino s'enfui.)

MALEFIQUE : Et bien les princes charmants, ce n'est plus ce que c'était !!!

HELENA : Quelle mauviette !

MALEFIQUE : A nous deux, princesse !

HELENA : Si vous croyez que je vais me laisser faire, vous rêvez !

MALEFIQUE : J'appelle à moi la toute puissance des ténèbres !(Il y a un grand roulement de tonnerre et la lumière devient rouge.)

HELENA : Au secours ! Marcelino !!!

MALEFIQUE : Sorcières et sombres esprits des fantômes perdus, entrez dans les pensées de la princesse et guidez la sur le chemin de sa perte !!!...(Nouveau roulement de tonnerre. Musique. Maléfique va à présent diriger Héléna par la pensée. Héléna devient une sorte de robot qui va doucement se diriger vers l'objet pointu que Maléfique tend vers elle. Elle est hypnotisée. Elle prend l'objet, se pique et tombe dans un profond sommeil. Elle doit tomber à un endroit où son frère ne la verra pas tout de suite en revenant. La musique meurt doucement sur la chute de la princesse.)

MALEFIQUE : Bonne nuit, misérable, petite, princesse !(Elle sort dans un fracas de tonnerre et de rire. La lumière est devenue bleue sombre.)

SCENE VII

(Marcelino, Héléna)

(Marcelino revient très prudemment. Il est toujours dans son costume de prince. Il ne voit pas Héléna tout de suite.)

MARCELINO : Héléna ?!... Héléna ?!!... Elle est partie, l'autre folle furieuse ?

Répond moi, Héléna, ça n'est pas drôle...

Et pourquoi il fait tout noir ici ?... (Il allume.)

Voilà, comme ça, j'ai déjà moins peur... Les sorcières n'aiment pas la lumière... enfin je crois... En tout cas, heureusement que mes copains ne m'ont pas vu habillé comme ça et mort de peur devant une sorcière... Mais normalement, les sorcières, ça n'existe pas...

Héléna ?!... Mais où s'est-elle cachée, cette petite peste ?... (Il trouve sa sœur, endormie sur le sol.) Héléna ?

HELENA : ...

MARCELINO : Héléna !

HELENA : ...(Il la secoue un peu, mais elle ne se réveille pas.)

MARCELINO : Allez, je suis sûr que tu ne dors pas vraiment...

HELENA : ...

MARCELINO : Héléna ?

HELENA : ...

MARCELINO : Arrête, s'il te plait ! Ça ne devient vraiment pas drôle du tout.

HELENA : ...(Il trouve l'objet pointu avec lequel Héléna s'est piquée.)

MARCELINO : Qu'est ce que c'est que ça ?... Ho, ho... Je crois que je commence à comprendre et je n'aime pas ça du tout...

Pas de panique mon petit Marcelino. Tu te calmes et tu réfléchis...

Donc Maléfique était bien réelle et ça n'était pas une farce de Madame Chatnoir et d'Héléna... Donc je suis dans l'histoire d'Héléna... Elle s'est piquée en vrai et...quelle horreur... elle s'est endormie pour cent ans !!! Mais qu'est-ce que je vais faire moi ?

Si je suis dans l'histoire, peut-être qu'il suffit de la continuer... Voyons, comment ça fini "la belle au bois dormant ?"...

Ha, je ne m'en souviens plus... C'est des trucs de filles ça, les princesses, les fées, les sorcières, les princes et... Le prince. C'est ça. Le prince réveille la belle endormie en lui donnant un vrai baiser d'amour... Beurk!... Si je lui fais un gros bisou sur le front, c'est quand même un bisou d'amour de frère, peut-être que ça peut marcher... (Il fait un énorme bisou sur le front d'Héléna.)

MARCELINO : Allez, réveille-toi !...

HELENA : ...

MARCELINO : Héléna, s'il te plait, ouvre les yeux !...

HELENA : ...

MARCELINO : En plus, papa et maman vont bientôt rentrer du travail... Qu'est-ce que je vais leur raconter, moi... Ils ne croiront jamais à cette histoire de princesse, de sorcière et de prince charmant...

Nous serions très heureux que vous ayez envie de lire la suite... Contactez-nous !